Les Jardins Moghols

Musulmans, originaires d’Asie centrale, les Moghols conquirent l’Inde en 1526. Dès la seconde moitié du XVIe siècle et tout au long du XVIIe siècle, les empereurs de cette dynastie favorisèrent  toutes les formes artistiques et créèrent un style particulier qui mêle influences persanes et traditions indiennes.
Si dans l’ensemble de la civilisation islamique, la conception paysagère du jardin est dotée d’une dimension spirituelle extrêmement importante, puisqu’il évoque le paradis terrestre, cette notion est absente de l’hindouisme. En revanche, les Hindous considèrent la présence de jardins artificiels ou naturels comme étant indispensable à l’établissement d’un temple. Dans les textes anciens de l’époque Gupta, du IVe au VIe siècle, il existe des descriptions de jardins plantés d’une large quantité d’arbres, de fleurs aux multiples parfums et agrémentés de bassins.
La plupart des jardins moghols sont de forme carrée ou rectangulaire, ils sont entourés d’une haute muraille percée de quatre portes, la porte principale étant souvent monumentale.
Souvent un canal central, bordé de briques ou de pierres, traverse le jardin sur sa longueur. L’eau du canal descend en cascades d’un réservoir en hauteur situé au fond du jardin. Il alimente plusieurs fontaines et des canaux latéraux qui aboutissent à des plates-formes, des kiosques, des pavillons.
Souvent divisé en quatre, le jardin devient un microcosme représentant les quatre continents séparés par les quatre fleuves du monde ; à l’époque, il s’agissait du Tigre, de l’Euphrate, du Nil, du Gange.
L’évacuation des eaux était souterraine. En général, au centre du jardin, à la croisée des deux canaux principaux, se dresse une terrasse sur laquelle le souverain prenait place lors de spectacles ou de la réception d’hôtes de marque.
Quant aux massifs qui se trouvaient entre les canaux, ils étaient réservés aux arbres fruitiers et aux fleurs.
Les Moghols, tout comme les Persans (voir la rubrique histoire des jardins), avaient recours à d’autres structures symboliques. Ainsi, apparaissent des jardins composés de huit terrasses, symbolisant les différents paradis de l’Islam. L’octogone est largement employé pour son symbolisme, soit dans la forme des tourelles d’angle, soit dans celle des bassins.

Carte du Nord de l'Inde

Carte du Nord de l’Inde

  • Le plus emblématique des jardins Moghols est le célèbre Taj Mahal.

Le Taj Mahal considéré comme le plus grand joyau architectural de l’art indo-islamique est situé sur la rive droite de la rivière Yamuna aux abords de la ville d’Agra à 240 kms de Delhi au nord de l’ Inde . Il se trouve au cœur d’un immense jardin moghol de près de 17 hectares.
Édifié en 1632 sur l’ordre de l’empereur moghol Shah Jahan en mémoire de son épouse Mumtaz Mahal décédée en donnant naissance à leur quatorzième enfant, cet immense mausolée funéraire en marbre blanc finement ciselé, et incrusté de 28 sortes de pierres précieuses et semi-précieuses fut achevé en 1648 et a nécessité 20 000 hommes et 1 000 éléphants pour sa construction.
Le Taj Mahal est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983 et compte parmi les 7 nouvelles merveilles du monde.
La mosquée, le pavillon des invités et l’entrée principale au sud, de même que la cour extérieure et ses cloîtres, y ont été ajoutés ultérieurement et achevés en 1653.
Le jardin divisé en quatre parties par deux canaux à la croisée desquels se trouve un immense bassin carré. Le canal central, bordé de briques, traverse le jardin sur sa longueur Les massifs de fleurs se présentent sous la forme d’étoiles à huit branches.

Taj Mahal et ses jardins vu du ciel

Taj Mahal et ses jardins vu du ciel

  • Quelques autres exemples de jardins moghols en Inde
Jardin  Pinjore à Chandigarh

Jardin Pinjore à Chandigarh

Nishat Bagh à Srinagar (Cachemire)

Nishat Bagh à Srinagar (Cachemire)

Rashtrapati Bhawan à New Delhi

Rashtrapati Bhawan à New Delhi

  • Pour plus d’infos

http://landscapelover.wordpress.com/2013/05/23/mughal-gardens-kashmir/

Publicités

A propos Christophe Descroix

Passionné de jardin et de nature depuis mon enfance c'est tout naturellement que je me suis orienté vers des études horticoles au Lycée agricole de Hyères puis à l'école supérieure d'agriculture d'Angers pour y apprendre le métier de jardinier-paysagiste. Après avoir évolué dans le métier à des postes d'encadrement dans diverses entreprises d'espaces verts en France, Arabie Saoudite et au Maroc où j'ai pu réaliser des espaces verts publics, des jardins privés à tendance méditerranéenne, mauresque et tropicale, des golfs, j'ai eu l'opportunité pour transmettre ma passion des jardins, de devenir formateur "ouvrier du paysage" dans un centre de rééducation professionnelle pour travailleurs handicapés . La reprise de mes études en licence des sciences de l'éducation à l'université d'Aix-Marseille m'a permis de créé un lien de communication et partager cette passion . Par l'intermédiaire de ce blog , construit de manière pédagogique afin de faciliter l'apprentissage du monde du paysage, identifier ces acteurs, connaitre ces enjeux, promouvoir les lieux à visiter ; j'ai souhaité , en toute humilité, apporter des réponses à mes apprenants et tous les passionnés de jardins. Merci de votre visite et bonne navigation...
Cet article, publié dans Edito, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.