Palmiers

Les palmiers appartiennent à la famille des Arecacées, celle-ci regroupe plus de 2800 espèces réparties en 180 genres.
Les palmiers sont des monocotylédones, au même titre que les graminées. Ils sont, pour simplifier, des « herbes géantes ». Ils ne forment pas un vrai tronc, mais une simple tige, appelée stipe. Celui-ci acquière son diamètre définitif dès que la plante commence à pousser en hauteur. Le stipe ne grossit donc pas en diamètre.
Chez la plupart des palmiers, le stipe n’est jamais ramifié sauf pour le chamerops humilis où des ramifications apparaissent dès la base du stipe.
Chez les palmiers, seul le bourgeon terminal, au coeur de la touffe de feuilles, assure la croissance de la plante. S’il meurt, le palmier meurt dans la plupart des cas. C’est pourquoi, dans les zones qui présentent un risque de grand froid l’hiver, il peut être important de protéger le coeur.
Une centaine de palmiers sont acclimatables en Côte d’Azur, une vingtaine dans le Sud-Ouest, 3 ou 4 résistent partout en France. On parle souvent de rusticité par rapport aux basses températures hivernales, mais d’autres critères doivent être pris en compte pour la culture des palmiers : le type de sol, la sécheresse du sol et de l’air, l’action des embruns salés et des vents froids. La résistance à la sécheresse est moins fréquente qu’on ne croit, sauf chez quelques espèces originaires de zones désertiques. La plupart des palmiers réclameront une forte hygrométrie pendant les périodes de fortes chaleurs et une exposition ensoleillée.
Les palmiers sont peu sujets aux maladies, mais certains parasites graves comme le paysandisia archon et le charançon rouge du palmier entraînent une mort inéluctable, faute de traitement efficace. La mort est souvent le fait d’une attaque du bourgeon terminal, qui assure seul la croissance de la plante. Dans d’autres cas, c’est l’altération du courant de sève dans le stipe qui est fatale au palmier. C’est devenu un fléau national et toute présence de ces deux ravageurs doit être déclarer en Mairie de sa commune voir la vidéo.

lien utile: http://www.fousdepalmiers.com/

Les fiches

Acoelorrhaphe wrightii
Archontophoenix cunninghamiana
Brahea armata
Butia capitata
Caryota urens
Chamaerops humilis
Trithrinax campestris
Washingtonia filifera

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s