L’oranger des osages (Maclura pomifera)

Nom vernaculaire : Oranger des osages , Bois d’arc

Nom scientifique : Maclura pomifera , Maclura auriantaca

Famille: Moracées

Caractéristiques botaniques: C’est une espèce dioïque et doit son nom en l’honneur du géologue américain William James Maclure . Le bois est dur et très résistant, il ne pourrit pas et reste insensible à la plupart des maladies. La croissance de l’oranger des Osages est plutôt rapide, de 1 à 2 mètres/an.

Hauteur : 10 à 15 m

Diamètre du houppier: 5 à 6 m

Port:  varié arrondi à étalé

Rusticité: -12°à -17°

Exposition: Soleil

Sol: Tout type

Tronc: écorce ridée profondément de couleur brun gris ,  rameaux épineux

Feuilles: caduques , alternées , oblongues lancéolées, acuminées, vertes , brillantes et glabres de 10 à 15 cm de long

Floraison: printanière

Fruit: de forme sphérique 8 à 12 cm de diamètre et de couleur vert clair ressemblant à une orange , il exhale un parfum citronné légèrement épicé, apparaît en septembre /octobre . Le fruit n’est pas comestible en principe, seuls les écureuils le grignotent pour en extraire les graines.

Multiplication : semis , bouturage

Origine: Amérique du Nord (Texas , Arkansas, Oklahoma)

Utilisation: Le bois fut utilisé par les indiens pour la fabrication d’arcs

Historique: Cette espèce fut introduite en France en 1812 pour son feuillage proche de celui du mûrier et dont on pensait faire la nourriture des vers à soie dans les régions trop froides pour la culture de ce dernier, car l’espèce est rustique et fructifie jusque sous le climat de Paris. Ces essais furent vite abandonnés et on ne le planta plus guère que pour l’ornement.

Où voir des beaux spécimens?

Publicités

A propos Christophe Descroix

Passionné de jardin et de nature depuis mon enfance c'est tout naturellement que je me suis orienté vers des études horticoles au Lycée agricole de Hyères puis à l'école supérieure d'agriculture d'Angers pour y apprendre le métier de jardinier-paysagiste. Après avoir évolué dans le métier à des postes d'encadrement dans diverses entreprises d'espaces verts en France, Arabie Saoudite et au Maroc où j'ai pu réaliser des espaces verts publics, des jardins privés à tendance méditerranéenne, mauresque et tropicale, des golfs, j'ai eu l'opportunité pour transmettre ma passion des jardins, de devenir formateur "ouvrier du paysage" dans un centre de rééducation professionnelle pour travailleurs handicapés . La reprise de mes études en licence des sciences de l'éducation à l'université d'Aix-Marseille m'a permis de créé un lien de communication et partager cette passion . Par l'intermédiaire de ce blog , construit de manière pédagogique afin de faciliter l'apprentissage du monde du paysage, identifier ces acteurs, connaitre ces enjeux, promouvoir les lieux à visiter ; j'ai souhaité , en toute humilité, apporter des réponses à mes apprenants et tous les passionnés de jardins. Merci de votre visite et bonne navigation...
Cet article, publié dans Edito, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’oranger des osages (Maclura pomifera)

  1. …mais les épines que l’on trouve sous ces arbres…
    …but the thorns that end up underneath these trees…I knew them as a child…thorns in the knees and feet.
    🙂 But those are some strange fruits. For me, there was a tree line of them at the back of our house. I think they were the remnant of an old boundary planting when the land was agricultural.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.