Monaco le jardin Japonais

C’est une copie stylisée de la grande nature, avec sa montagne, sa cascade, sa plage, ses plans d’eau et son ruisseau, ce jardin est une authentique œuvre d’art réalisée dans le respect des principes les plus stricts du concept de la pensée zen. Jardin exceptionnel situé à quelques mètres de la Méditerranée, il est empreint d’une atmosphère particulière et allie harmonieusement la pierre, l’eau et la végétation. Superficie du bassin : 1100 m². Tous les bois utilisés pour les constructions du jardin (maison de thé notamment, portail, terrasse couverte), ont été assemblées au Japon, puis transportées en Principauté et remontées sur place par des ouvriers nippons. Les haies de bambous, les tuiles (île d’Awaji) et les lanternes de pierre sont également d’origine japonaise.
Les rochers et les blocs de pierre utilisés autour du bassin et de la cascade proviennent de Corse (porphyre et cipolin), d’Auvergne (granit) et de la Vallée de la Tinée (calcaire). La Section jardins et l’équipe de jardiniers japonais qui a travaillé en Principauté à la réalisation de l’ouvrage se sont rendus dans toutes ces régions pour y effectuer le repérage et le choix des blocs. Représentant un volume d’environ 1.000 tonnes, ils ont été choisis en fonction de l’endroit auquel ils étaient destinés. Marqués sur place, ils ont ensuite été installés dans le jardin, conformément aux plans établis.
Les végétaux sont originaires d’Italie, d’Espagne, d’Allemagne, de Belgique et de France. Ils ont tous été acquis en pépinière, puis taillés et travaillés pendant trois ans par Monsieur Beppu. S’y côtoient des espèces du Bassin Méditerranéen, d’Amérique du Sud, d’Australie, d’Afrique et d’Asie. Certains végétaux traditionnellement utilisés au Japon, moins adaptés aux conditions climatiques de la Principauté, ont été intégrés avec parcimonie.

Historique

Ce jardin campé au cœur de la principauté, a été conçu à la demande de S.A.S. le Prince Rainier III, par l’architecte paysagiste Yasuo BEPPU, Grand Prix de l’Exposition Florale d’Osaka ’90.
Structuré de façon asymétrique et quasi-naturelle, ce jardin a demandé plus de 17 mois de préparation. La réalisation de ce jardin a posé de nombreux problèmes techniques aux équipes chargées de sa construction. Ces problèmes étant liés tant au site (jardin construit sur dalle de béton), qu’au climat (méditerranéen, peu adapté aux espèces végétales traditionnellement utilisées au Japon).

Publicités

A propos Christophe Descroix

Passionné de jardin et de nature depuis mon enfance c'est tout naturellement que je me suis orienté vers des études horticoles au Lycée agricole de Hyères puis à l'école supérieure d'agriculture d'Angers pour y apprendre le métier de jardinier-paysagiste. Après avoir évolué dans le métier à des postes d'encadrement dans diverses entreprises d'espaces verts en France, Arabie Saoudite et au Maroc où j'ai pu réaliser des espaces verts publics, des jardins privés à tendance méditerranéenne, mauresque et tropicale, des golfs, j'ai eu l'opportunité pour transmettre ma passion des jardins, de devenir formateur "ouvrier du paysage" dans un centre de rééducation professionnelle pour travailleurs handicapés . La reprise de mes études en licence des sciences de l'éducation à l'université d'Aix-Marseille m'a permis de créé un lien de communication et partager cette passion . Par l'intermédiaire de ce blog , construit de manière pédagogique afin de faciliter l'apprentissage du monde du paysage, identifier ces acteurs, connaitre ces enjeux, promouvoir les lieux à visiter ; j'ai souhaité , en toute humilité, apporter des réponses à mes apprenants et tous les passionnés de jardins. Merci de votre visite et bonne navigation...
Cet article, publié dans Edito, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.