Monaco le jardin Japonais

C’est une copie stylisée de la grande nature, avec sa montagne, sa cascade, sa plage, ses plans d’eau et son ruisseau, ce jardin est une authentique œuvre d’art réalisée dans le respect des principes les plus stricts du concept de la pensée zen. Jardin exceptionnel situé à quelques mètres de la Méditerranée, il est empreint d’une atmosphère particulière et allie harmonieusement la pierre, l’eau et la végétation. Superficie du bassin : 1100 m². Tous les bois utilisés pour les constructions du jardin (maison de thé notamment, portail, terrasse couverte), ont été assemblées au Japon, puis transportées en Principauté et remontées sur place par des ouvriers nippons. Les haies de bambous, les tuiles (île d’Awaji) et les lanternes de pierre sont également d’origine japonaise.
Les rochers et les blocs de pierre utilisés autour du bassin et de la cascade proviennent de Corse (porphyre et cipolin), d’Auvergne (granit) et de la Vallée de la Tinée (calcaire). La Section jardins et l’équipe de jardiniers japonais qui a travaillé en Principauté à la réalisation de l’ouvrage se sont rendus dans toutes ces régions pour y effectuer le repérage et le choix des blocs. Représentant un volume d’environ 1.000 tonnes, ils ont été choisis en fonction de l’endroit auquel ils étaient destinés. Marqués sur place, ils ont ensuite été installés dans le jardin, conformément aux plans établis.
Les végétaux sont originaires d’Italie, d’Espagne, d’Allemagne, de Belgique et de France. Ils ont tous été acquis en pépinière, puis taillés et travaillés pendant trois ans par Monsieur Beppu. S’y côtoient des espèces du Bassin Méditerranéen, d’Amérique du Sud, d’Australie, d’Afrique et d’Asie. Certains végétaux traditionnellement utilisés au Japon, moins adaptés aux conditions climatiques de la Principauté, ont été intégrés avec parcimonie.

Historique

Ce jardin campé au cœur de la principauté, a été conçu à la demande de S.A.S. le Prince Rainier III, par l’architecte paysagiste Yasuo BEPPU, Grand Prix de l’Exposition Florale d’Osaka ’90.
Structuré de façon asymétrique et quasi-naturelle, ce jardin a demandé plus de 17 mois de préparation. La réalisation de ce jardin a posé de nombreux problèmes techniques aux équipes chargées de sa construction. Ces problèmes étant liés tant au site (jardin construit sur dalle de béton), qu’au climat (méditerranéen, peu adapté aux espèces végétales traditionnellement utilisées au Japon).

Publicités